Réadaptation

L’objectif n’est plus de récupérer des capacités mais de compenser au mieux les déficiences et incapacités du blessé en sollicitant les fonctions préservées et en adaptant l’environnement.
Les déficiences physiques peuvent être compensées par de nombreux moyens d’adaptation (fauteuil roulant, aménagement du domicile comme la pose de rampe, de poignées…).
Les séquelles neuropsychologiques restent le handicap le plus invalidant et vont nécessiter des moyens de compensation variés en fonctions des difficultés (utilisation d’un agenda pour les difficultés mnésiques, mise en place d’un classuer de communication pour les troubles du langage…).